Géraldine Aresteanu : Photographe
Patricia Louisor-Brosset : Curatrice de l’expo et rédactrice
Séverine Charrier : Directrice artistique
Juliette Brody : Correspondante US

Patricia Louisor-Brosset

De la mode, à la musique à la déco, à l’activisme, il n’y a que peu… Patricia Louisor-Brosset est une boulimique de travail et navigue d’une rive créative à l’autre avec bonheur.

Un parcours éclectique et pourtant cohérent la mène du journalisme pour le magazine Franco-Américain « Paris Passion » à la mode chez Sonia Rykiel en tant que Directrice de la publicité.

Patricia vend son affaire en 2010 et se tourne vers l’Art de Vivre à la Française en créant Le Chant Du Coq-Paris, des coffrets pique-nique vintage de luxe.
DJ à New York et à Paris pour la Fashion Week et événements privés haut de gamme, Patricia mixe le Funk, la Soul, l’Electro avec pour seul souci : rendre les gens heureux sur le dance-floor !

Enfin, elle a été consultante dans un groupe de Speed Consulting Collaboratif « Les Slasheuses ». C’est là qu’elle rencontre Géraldine.
Elle rejoint The School Of Life où elle donne des cours sur l’amour. Vaste programme !
Coach, elle accompagne ses client.e.s sur le chemin parfois opaque de la transition de vie.
Elle co-fonde le Salon des Dames ONG féministe qu’elle quitte en 2017.
Et puis surtout, elle aime les gens, les personnes, les êtres, les humains, les individus, la foule , le monde… tout le monde!

Géraldine Aresteanu

Géraldine Aresteanu tombe amoureuse de la photographie à l’âge de 13 ans et n’a dès lors de cesse que de vouloir devenir photographe.

Née en Roumanie, la photographie lui apparaît au moment de la révolution comme un symbole de liberté.
A 15 ans, ses parents lui offre son premier appareil photo, elle entame alors des études de mathématiques afin d’entrer à l’école Louis Lumière… mais elle n’est pas retenue.
Qu’à cela ne tienne elle décide de « faire seule » et de rencontrer des photographes pour apprendre, elle est déterminée à poursuivre son rêve.

Elle devient photographe indépendante en 1990 et s’installe à Orléans en 1998.
Géraldine est lauréate en 2001 du prix de la Fondation de France et de la Fondation Crédit Mutuel pour la réalisation d’un livre sur la langue des signes, Portraits pour un mot qu’elle publie à compte d’auteur. Elle est également Co-fondatrice de l’agence de communication et direction artistique Salez-Poivrez.

Elle reçoit alors des commandes d’entreprises prestigieuses et alterne photos de mode, portraits et reportages.
Mais le cœur de son travail c’est les gens. Géraldine aime les gens. Elle est passionnée de rencontres, de proximité, et veut avec ses images montrer ce qu’on ne voit pas forcément : une intensité dans le regard, une vulnérabilité dans une main, une fragilité dans un sourire, une puissance dans l’attitude.

Généreuse, sensible et à l’écoute de ses modèles, Géraldine pose son œil dans l’objectif de son appareil et révèle les gens dans leur singularité et dans leur magie. C’est ça Géraldine. C’est son approche des gens, au plus profond d’eux-même. Les images ont parfois plus de force que les mots pour exprimer l’émotion.
Dans son projet original 24h , elle s’installe chez des gens et partage leur quotidien pendant 24h. Elle photographie leur vie et narre par la photo le récit inattendu des heures vécues.

Rencontrer, comprendre, questionner, voir le monde en instantané, tel est son leitmotiv. Personne ne peut rester insensible à la beauté des vies captées et racontées de manière bienveillante par cette photographe atypique.
Géraldine a su fixer sur pellicule toute la puissance, la détermination , la fragilité, la douceur et la générosité de ces femmes. L’émotion est là, vibrante.