Andréa est danseuse et comédienne, beaucoup de choses passent par le corps. Elle a une force de vie fabuleuse, du talent, de la générosité et une énergie vitale dix niveaux au-dessus de la moyenne.

Andréa a été violée à partir de 8 ans et pendant une longue période par un ami de la famille.

“J’AI LA DANSE DANS LA PEAU ET LA FORCE DE VIE DANS MA TÊTE.”

Se construire en tant que femme après un tel traumatisme est complexe. Difficile d’accepter ce corps, qu’elle a rejeté longtemps. Elle se raccroche à la danse. Après ce qu’elle a vécu, c’est une manière de s’exprimer avec poésie, mais aussi d’exorciser toute sa colère, sa culpabilité. C’est son souffle de vie.

En 2016, elle joue Les Chatouilles, l’histoire d’une enfant abusée sexuellement. Une pièce puissante, dansée, pleine d’émotion, unanimement saluée par la critique. Ce sera la consécration. Elle obtient le Molière du Seul(e) en scène. Cette pièce est adaptée à l’écran sous le titre Les chatouilles ou la danse de la colère et est présentée à Cannes en 2018.
Le film est couronné de 2 Césars en 2019.

Aujourd’hui, Andréa se bat pour supprimer les délais de prescription pour les crimes et délits pédophiles.

8 mai 2019